Get Over IT! Social @Work is Smart (and Inevitable)

Social Media Collective

Practically everyone uses social media, and most workers use them at work. In fact, as a Microsoft study revealed this week, 84 percent of information workers use non-work social networks, and 60 percent of them use them from work at least once a day.

At the same time, the survey found that more than 30 percent of workers said their employers have policies or technologies in place to stop them from doing so. When at work, it seems, workers are expected to work.

Makes sense, right? What else should we be doing at work besides work? And surely social media distracts from work.

But look a little deeper and there are some real problems with this attitude. First of all, we’re starting to understand the very premise – that social media usage inhibits productivity – is a myth. A forthcoming, two-year longitudinal study titled Exploring social network interactions in enterprise…

View original post 428 more words

What’s an Algorithm?

Great video by David J. Malan, via TED Education explaining in a very simple way what is an algorithm.

What problem would YOU solve with an algorithm?

Think outside the box

Pour sortir des frontières de la boîte, il faut déjà qu’il y en ait une boîte.

Vendredi dernier, soit le 31 mai, il y avait à Montréal le premier Creative Mornings, prononcé par Vincent Ramsay-Lemelin, directeur de création interactive au sein de l’agence DentsuBos.

Parmi nombre de phrases intéressantes dites, il y a eu cette question posée par l’un des participants :

Est-ce que la contrainte t’aide dans la créativité ?

Ce à quoi il a répondu

Si il y a pas de contraintes, rien peut sortir.

Et comme on ne sortira justement pas la mathématicienne en moi, j’ai commencé à faire l’analogie entre mes problèmes modélisés et cette affirmation.

Si un problème n’a pas suffisamment de contraintes, dans ma langue on dit qu’il est non-borné (ou simplement unconstrained problem in English).

En gros ça veut dire que je peux aller jusqu’à l’infini. C’est même pas sky’s the limit, c’est there’s no limit at all.

L’affaire c’est que si j’ai un objectif et qu’on me dit jamais quand arrêter, si j’ai aucune borne, je vais spinner jusqu’à l’infini sans jamais m’arrêter.

De l’autre côté, si j’ai des contraintes de tous bords tous côtés, j’aurai juste pas le choix de longer chacune de ces contraintes-là. J’aurai juste pas le choix d’être capable d’amalgamer l’ensemble des possibilités pour avoir la solution qui ‘botte des …’.

To think outside the box, en créativité comme en maths, ce n’est pas de faire fi des contraintes. C’est d’être capable de trouver une solution inattendue mais définitivement optimale.

Photocredits : MeAndThis

%d bloggers like this: